Article— mars, 18 2021

Un an après : retour sur l’impact de la plateforme covid19-medicaments.com

Un an après : retour sur l’impact de la plateforme covid19-medicaments.com

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, de nombreux acteurs de la healthtech se sont investis pour mettre l’innovation au service de la santé publique. Parmi eux, Synapse Medicine et ses équipes se sont mobilisés pour développer des solutions en utilisant sa technologie de Medication Intelligence pour proposer une plateforme adressée au grand public. Celle-ci permet à tous de vérifier si un médicament pourrait présenter un risque potentiel d’aggraver les symptômes liés au virus de la COVID-19.

La mission de Synapse Medicine

Permettre à tous l’accès facile à une information médicale fiable et utile, partout dans le monde, c’est la mission que nous nous sommes fixés. 

Après avoir identifié une problématique de santé publique majeure liée au mauvais usage des médicaments, nous accompagnons au quotidien les médecins lors de la prescription, les pharmaciens lors de la délivrance, et le grand public lors de la prise de médicaments. 

Et c’est dans le cadre de cette mission que, pour faire face aux risques de la pandémie actuelle, nous avons développé la plateforme covid19-medicaments.com

Celle-ci permet en quelques clics de sécuriser la prise de médicament en cas de symptômes de COVID-19.

Des médicaments à risque dans le contexte sanitaire

Le 14 mars 2020, le Ministre de la Santé, Olivier Véran, tweete pour alerter sur les dangers de la prise d’anti-inflammatoires dans le cas d’une contamination par la COVID-19. Le Dr. Clément Goehrs (CEO et co-fondateur de Synapse Medicine) ainsi que le Dr. Louis Létinier (médecin pharmacologue, directeur médical et co-fondateur de Synapse Medicine) identifient plusieurs problématiques : 

  • Beaucoup de patients risquaient de continuer à prendre certains médicaments en automédication sans savoir qu’il s’agissait d’anti-inflammatoires
  • D’autres pouvaient céder à la panique suite à cette annonce et arrêter leurs traitements chroniques prescrits par des professionnels de santé
  • Cela pouvait générer une quantité considérable d’appels au service du 15 et aux médecins traitants, déjà surchargés en cette période.

En France, 20 millions de patients souffrent de maladies chroniques et doivent au quotidien suivre un ou plusieurs traitements. C’est le cas notamment des personnes touchées par l’asthme, qui ont pour certaines des corticoïdes en traitement de fond. Ces dernières font partie de la catégorie des anti-inflammatoires,  présents sur la liste des médicaments à risque et représentant un facteur d’aggravation de l’infection causée par le virus. En effet, l'existence de plusieurs cas graves de personnes jeunes et en bonne santé ayant consommé des anti-inflammatoires au début de la contamination ont été rapidement constatés. De nombreux patients ont donc souhaité vérifier que leurs traitements n’étaient pas susceptibles d'aggraver les symptômes de la COVID-19 et s’ils pouvaient le continuer en toute sécurité.  

Un autre cas de figure est également apparu : celui de l’automédication. Cette pratique est à la hausse chez les Français, puisque 8 sur 10 d’entre eux y ont eu recours en 2018*. Ce mode de prise a été renforcé par le contexte de la pandémie puisqu’étant invités à rester chez eux, les patients ne sont pas vus par un médecin. Ils utilisent donc les médicaments de leur propre initiative, mais cette pratique n’est pas sans risque et l’enjeu réside dans la bonne prise et l'utilisation juste de ces médicaments.

Parmi les médicaments les plus couramment utilisés résident notamment les antalgiques, et particulièrement l’Ibuprofène, deuxième antalgique le plus consommé et faisant partie de la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), mis en cause au même titre que les corticoïdes. 

Il était donc essentiel de proposer une plateforme permettant aux patients présentant des symptômes COVID-19, de vérifier rapidement et sans solliciter un praticien, si un médicament était susceptible d’aggraver leurs symptômes

Une plateforme unique développée en 72h

La plateforme que nous avons développée bénéficie de l’appui d’un comité scientifique, composé d’experts scientifiques et médicaux. Ce comité réunit le Département de Pharmacologie du CHU de Bordeaux, la Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique (SFPT), le Réseau National des Centres de Pharmacovigilance (CRPVs) avec le soutien de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM).

C’est ainsi qu’en 72h, notre équipe a mis en ligne le 16 mars 2020, une plateforme web sécurisée, gratuite et accessible afin de répondre aux interrogations des utilisateurs sur leurs prises de médicaments en cas de symptômes du COVID-19 : covid19-medicaments.com

Cette dernière, relayée sur le site du Ministère de la Santé Français, est constamment actualisée selon les dernières recommandations officielles des autorités de santé.

Pour savoir si un médicament pourrait présenter un risque d’aggraver les symptômes, il suffit de renseigner son nom dans la barre de recherche. Pour faciliter l’ajout du médicament, celle-ci permet de générer en temps réel des suggestions lors de la saisie. Il faut ensuite répondre à 2 questions : 

Une plateforme pour vérifier si un médicament présente des risques d'aggraver les symptomes du COVID-19.

La plateforme émet en réponse les recommandations à suivre à propos du médicament en question en fonction des réponses de l’utilisateur. Celui-ci peut donc savoir s'il peut le prendre en automédication, s'il doit continuer son traitement habituel, si son médicament est efficace en cas de symptômes et qui contacter en cas de doutes.

Alerte de niveau rouge pour la prise d'Ibuprofène sur la plateforme covid19-medicaments.com

Alerte de niveau Rouge pour l’Ibuprofène dont la prise est déconseillée si présence de symptômes COVID-19.

De nombreux cas d’aggravation des symptômes potentiellement évités

Depuis sa mise en ligne en mars 2020, la plateforme covid19-medicaments.com a dépassé le million de visites.

Le contexte sanitaire a eu une influence certaine sur l’emploi de la plateforme : elle a connu des pics d’utilisation pendant les périodes de confinement en mars et novembre 2020, durant les périodes associées à une forte occupation des lits de réanimation. 

Évolution du nombre de visites sur le site covid19-medicaments sur l'année 2020.

Au cours de l’année écoulée, les classes des médicaments les plus recherchées ont été les suivantes :

Top 3 des médicaments les plus recherchés sur la plateforme au cours de l'année 2020

1. Les antalgiques et antipyrétiques : notamment utilisés contre la douleur et la fièvre, arrivent en première position représentés dans les recherches par le paracétamol

2. Les anti-inflammatoires et les antirhumatismaux : soupçonnés d'aggraver les symptômes du COVID-19, les anti-inflammatoires (comprenant les AINS comme l’ibuprofène et les corticoïdes) et les antirhumatismaux représentent la seconde classe la plus recherchée. Ceux-ci sont utilisés pour lutter contre les inflammations de tout type et les rhumatismes. 

3. Les adrénergiques : le virus touchant principalement la sphère pulmonaire, les adrénergiques en inhalation utilisés pour les pathologies respiratoires ont également fait l’objet de vérifications par les patients prenant ces traitements de manière chronique. 

D’autres médicaments comme les antipaludiques (chloroquine) et les immunosuppresseurs ont aussi fait l’objet de nombreuses recherches. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur les catégories des opiacés, des antibiotiques et des anxiolytiques dans les points focus de notre rapport de données.

Différents niveaux d’alertes, dépendant du médicament recherché ainsi que son mode de consommation, ont pu être détectés : 

  • 5,6% des alertes se sont avérées de niveau rouge : il est conseillé de ne pas débuter le traitement en raison d’un risque d’aggravation des symptômes
  • 11,5 % alertes de niveau orange : la prise sans l’avis d’un professionnel de santé est à éviter
  • 8,6% alertes de niveau vert : relèvent de conseils de bon usage du paracétamol

Grâce à la plateforme, 46 000 cas d’aggravation de symptômes de COVID-19 ont été potentiellement évités.

Une plateforme qui a fait ses preuves 

Avec plus d’un million d’utilisateurs, cette plateforme a été récompensée en décembre 2020 du prix de l'Intelligence Artificielle du concours Talents de la e-santé organisé par l'Agence du Numérique en Santé - Ministère des solidarités et de la santé.

Prix de l'Intelligence Artificielle du concours Talents de la e-santé.

Pour le Dr. Clément Goehrs, ce projet est une réussite : “Je suis incroyablement fier de notre équipe et de cette réalisation. Elle est la preuve, s’il le fallait encore, qu’il est possible pour une start-up de travailler en bonne intelligence avec les autorités sanitaires, et d’avoir un impact national sur la santé des Français.” 

Cette plateforme fait partie désormais intégrante de l’application Synapse destinée au Grand Public et dédiée au bon usage du médicament. Sur celle-ci il est maintenant possible de :

  • Retrouver les derniers chiffres clés du COVID-19 en France comme le nombre de cas et celui de vaccinations au quotidien 
  • Déclarer des effets indésirables liés aux vaccins directement sur le portail de signalement 

En effet, Synapse Medicine continue d’agir pour la santé publique. Pour sécuriser la campagne de vaccination COVID-19 en France, nous mettons au service des CRPVs et de l’ANSM notre technologie d’aide à la pharmacovigilance : le Medication Shield. Cette technologie gère en temps réel les signalements d’effets indésirables en les codant automatiquement selon une classification internationale (MedDRA), qui les priorise par gravité. Les équipes de pharmacovigilance bénéficient ainsi d’une aide quotidienne dans la gestion de ces déclarations. 

Retrouvez notre rapport de données sur la plateforme covid19-medicament.com

* Recours à l’automédication en France – Statista, 2018